25.8.09

petit matin gris

j'emmène ma petite fille pour quelques jours à la campagne, profiter d'un reste de vacances.
ça sent la rentrée!

22.8.09

problème

il semblerait que mon problème de messages soit résolu:me suis fait un comment à mon post précédent qui m'est bien arrivé!!
merci à vous en attendant confirmation que tout va bien ...
PS en réalité j'avais un peu trifouillé hier la mise en page d'une vidéo dans la barre de côté!!!!..????? pas fûtée la fille ???

21.8.09

A LA UNE

Nouvelle technique pour sauver en urgence des personnes atteintes d'AVC
Une équipe de l'hôpital Bichat, à Paris, a mis au point une technique pour répondre en urgence aux accidents vasculaires cérébraux (AVC), qui pourrait donner jusqu'à 93% de guérison, selon une étude.

cliquer sur le titre pour plus de détails

20.8.09

j'ai parlé trop tôt

le loup est entré dans la bergerie!!
OU plutôt le CHIEN

30 degrés dans mon bureau!
39 dehors à l'ombre!

CANICULE: du latin canicula (« petite chienne »). Les périodes de grande chaleur furent ainsi nommées parce qu’on les attribuait à l’influence l’étoile Sirius, que l'on appelait aussi parfois Canicula. En effet, au cours de la période annuelle du 24 juillet au 24 août, cette étoile se couche et se lève en même temps que le Soleil.

Sirius, est l'étoile principale de la constellation du Grand Chien. Vue de la Terre, Sirius est l'étoile la plus brillante du ciel (après le Soleil),


Grand Chien

19.8.09

revenir: ...

en espérant retrouver le cordon et le chargeur de mon Sony à la maison!! espérant.. l'improbable les avoir oubliés au départ !! que nenni!
bel et bien perdus pendant le voyage d'aller!! et pas évident de trouver à les remplacer facilement (recherches en cours ) et même oublié que je pouvais lire ma carte sur mon imprimante!! retrouver mes photos
ma tête un peu reposée euréka!! les voilà !
et même pu mettre cette petite vidéo tronquée dans ma barre de côté après moult embarras informatiques chez dailymotion! que l'on peut un peu mieux voir en cliquant sur le titre et en vous priant d'excuser tout ce baragouinage sans intérêt seulement expliquer que ça ne va pas fort..ma petite tête des vacances !!!!
bon malgré la canicule annonçée il fait plus frais par ici!!
et les images de là-bas tout à fait supportables...


les embarras de surcroits obligés de jouissances vacancières aussi..
un petit restau ,

en bord de mer

un plus grand restau chez soi pour cause d'anniversaire!


sans oublier les turbulences d'un joyeux arrivage de cousins en caravane

,et activités diverses pour la bonne tenue du decor...

15.8.09

Un arbre très décoratif

California fan palm Washingtonia filifera

Aubord de la piscine

détail :le tronc

détail la palme et ses fils qui lui dannent son nom

12.8.09

Nouveaux paysages

Soleil


Tête rondes des pins sur ciel pur


De l'ombre


Et de l'eau


Paisible refuge

10.8.09

S'EN ALLER

S’en aller quelle histoire !
Au mois d’août quelle folie!
Et pourtant c’est le temps
Pour les petits enfants
D’oublier des leçons le carcan.
C’est décidé nous irons
Presqu’au bord de la mer
Et comme chaque année
A Agde dans la grande maison

C’est tout à l’heure que nous partons
Je n’aurais jamais cru
Que ce fut si vite venu
Vite ma valise n’est pas fermée
Les sandwiches pour le train pas emballés
Le taxi pas commandé,
Ça c’est l’affaire de mon mari.




Un dernier regard à mon ordi
Voir ceux qui ne sont pas partis.
Ou ceux déjà revenus
En espérant que là bas sur l’ordi de famille
Une petite fenêtre disponible
S’ouvrira pour dire bonjour aux amis.

9.8.09

Réminicences

"Très souvent remontent à la surface de ma mémoire des lambeaux de poèmes… un demi vers boiteux par ci… un octosyllabe estropié par là… parfois juste quelques mots agrippés à une rime. Par exemple : « Midi, roi des étés épandu sur la plaine… » ou «…le coup dut l’effleurer à peine, aucun bruit ne l’a révélé mais la légère meurtrissure… » Ensuite, plus rien, le cerveau capitule : un grand blanc. J’enrage, j’épelle à mi-voix pour retrouver le Sésame. Toujours rien. Pas moyen de trouver la suite mais il suffirait peut-être de gratter par ci, de dépoussiérer par là… peut-être… c’est si lointain, un demi-siècle ! C’est si proche, encore si vivant en moi lorsque je ferme les yeux pour ressentir dans mon esprit embué toute cette imagerie verbale qui palpite et bat encore comme un petit cœur obstiné. Fragments d’enfance !"

POÈMES D’ENFANCE (2)
Par Michel Bellin, mardi 17 juillet 2007 à 09:27
http://www.michel-bellin.fr/bellin/blog-officiel-michel-bellin/index.php/2007/07/17/169-poemes-denfance-2

MIDI ROI DES ETES
ce texte que je recherchais moi aussi..!!!!
(de circonstance)

Midi
Midi, Roi des étés, épandu sur la plaine,
Tombe en nappes d'argent des hauteurs du ciel bleu.
Tout se tait. L'air flamboie et brûle sans haleine ;
La Terre est assoupie en sa robe de feu.

L'étendue est immense, et les champs n'ont point d'ombre,
Et la source est tarie où buvaient les troupeaux ;
La lointaine forêt, dont la lisière est sombre,
Dort là-bas, immobile, en un pesant repos.

Seuls, les grands blés mûris, tels qu'une mer dorée,
Se déroulent au loin, dédaigneux du sommeil ;
Pacifiques enfants de la Terre sacrée,
Ils épuisent sans peur la coupe du Soleil.

Parfois, comme un soupir de leur âme brûlante,
Du sein des épis lourds qui murmurent entre eux,
Une ondulation majestueuse et lente
S'éveille, et va mourir à l'horizon poudreux.

Non loin, quelques bœufs blancs, couchés parmi les herbes,
Bavent avec lenteur sur leurs fanons épais,
Et suivent de leurs yeux languissants et superbes
Le songe intérieur qu'ils n'achèvent jamais.

Homme, si, le cœur plein de joie ou d'amertume,
Tu passais vers midi dans les champs radieux,
Fuis ! la Nature est vide et le Soleil consume :
Rien n'est vivant ici, rien n'est triste ou joyeux.

Mais si, désabusé des larmes et du rire,
Altéré de l'oubli de ce monde agité,
Tu veux, ne sachant plus pardonner ou maudire,
Goûter une suprême et morne volupté,

Viens ! Le Soleil te parle en paroles sublimes ;
Dans sa flamme implacable absorbe-toi sans fin ;
Et retourne à pas lents vers les cités infimes,
Le cœur trempé sept fois dans le Néant divin.

Charles-Marie LECONTE DE LISLE (1818-1894)

6.8.09

5.8.09

Si petite,se hausser pour voir le ciel

Mais à peine il s'éveille

Par delà la fenêtre

Tout s'éclaire, il est temps de partir

Largons les amarres

Un avion nous emporte

C'est le bord de la mer

La Mer! La Mer!..

3.8.09

[Francis Jeanson]

cliquer pour lire
Citations

Les hommes n'existent qu'au prix de parier sur leurs propres chances d'exister.
[Francis Jeanson]
Extrait de La foi d'un incroyant

L'univers est peut-être une "machine à faire des dieux". Mais la vraie foi consiste à parier que l'espèce humaine est capable d'incarner Dieu, de le réaliser, "d'en finir avec lui" en inventant sa propre humanité.
Françis Jeanson La foi d'un incroyant [+]

La liberté est une peau de chagrin qui rétrécit au lavage de cerveau.
Henri Jeanson