29.12.08

PRIERE !!!


Prière
Un soldat de l'armée israëlienne prie près d'un char, à proximité de la limite entre Israël et la bande de Gaza

27.12.08

Noël est passé par là


Avec ses fêtes, ses lumières et ses frissons
ses cadeaux de bonne consommation
ses papiers déchirés , ses voeux de papier
à vous faire croire la vie en rose
le temps d'une lumière éclose

Ne suis pas allée dehors courir
sous les guirlandes des magasins ,
forcé seulement un peu sur mes tendons
pour faire briller notre maison,
forcé encore, pour mieux sourire
et respecter les traditions.

Mon jardin virtuel soupire
d'être laissé à l'abandon,
pas une fleur à repiquer
seulement venir y respirer
ce qu'amitié y a planté

L'hiver hélas se prolonge
en attendant nouvelle année .
Ne sais encore quand je pourrai
écrire un mot sur mon clavier.

j'ai seulement recopié "Le Sapin" d'Anderson
qui mieux que moi dit comme il est difficile
de finir sa vie sans un regret.
Je vous laisse y rêver si vous avez temps
de lire ou relire ce conte.

Le SAPIN (Conte d'Andersen )

Là-bas, dans la forêt, il y avait un joli sapin. Il était bien placé, il avait du soleil et de l'air ; autour de lui poussaient de plus grands camarades, pins et sapins. Mais lui était si impatient de grandir qu'il ne remarquait ni le soleil ni l'air pur, pas même les enfants de paysans qui passaient en bavardant lorsqu'ils allaient cueillir des fraises ou des framboises.
« Oh ! si j'étais grand comme les autres, soupirait le petit sapin, je pourrais étendre largement ma verdure et, de mon sommet, contempler le vaste monde. Les oiseaux bâtiraient leur nid dans mes branches et, lorsqu'il y aurait du vent, je pourrais me balancer avec grâce comme font ceux qui m'entourent. »


Le soleil ne lui causait aucun plaisir, ni les oiseaux, ni les nuages roses qui, matin et soir, naviguaient dans le ciel au-dessus de sa tête.
L'hiver, lorsque la neige étincelante entourait son pied de sa blancheur, il arrivait souvent qu'un lièvre bondissait, sautait par-dessus le petit arbre - oh ! que c'était agaçant ! Mais, deux hivers ayant passé, quand vint le troisième, le petit arbre était assez grand pour que le lièvre fût obligé de le contourner. Oh ! pousser, pousser, devenir grand et vieux, c'était là, pensait-il, la seule joie au monde.
En automne, les bûcherons venaient et abattaient quelques-uns des plus grands arbres. Cela arrivait chaque année et le jeune sapin, qui avait atteint une bonne taille, tremblait de crainte, car ces arbres magnifiques tombaient à terre dans un fracas de craquements.
Où allaient-ils ? Quel devait être leur sort ?
Au printemps, lorsqu’arrivèrent l'hirondelle et la cigogne, le sapin leur demanda :
- Savez-vous où on les a conduits ? Les avez-vous rencontrés ?

Les hirondelles n'en savaient rien, mais la cigogne eut l'air de réfléchir, hocha la tête et dit :
- Oui, je crois le savoir, j'ai rencontré beaucoup de navires tout neufs en m'envolant vers l'Egypte, sur ces navires il y avait des maîtres-mâts superbes, j'ose dire que c'étaient eux, ils sentaient le sapin.
- Oh ! si j'étais assez grand pour voler au-dessus de la mer ! Comment est-ce au juste la mer ? A quoi cela ressemble-t-il ?
- Euh ! c'est difficile à expliquer, répondit la cigogne.
Et elle partit.
- Réjouis-toi de ta jeunesse, dirent les rayons du soleil, réjouis-toi de ta fraîcheur, de la jeune vie qui est en toi.
Le vent baisa le jeune arbre, la rosée versa sur lui des larmes, mais il ne les comprit pas.
Quand vint l'époque de Noël, de tout jeunes arbres furent abattus, n'ayant souvent même pas la taille, ni l'âge de notre sapin, lequel, sans trêve ni repos, désirait toujours partir. Ces jeunes arbres étaient toujours les plus beaux, ils conservaient leurs branches, ceux-là, et on les couchait sur les charrettes que les chevaux tiraient hors de la forêt.
- Où vont-ils? demanda le sapin, ils ne sont pas plus grands que moi, il y en avait même un beaucoup plus petit. Pourquoi leur a-t-on laissé leur verdure?
- Nous le savons, nous le savons, gazouillèrent les moineaux. En bas, dans la ville, nous avons regardé à travers les vitres, nous savons où la voiture les conduit. Oh ! ils arrivent au plus grand scintillement, au plus grand honneur que l'on puisse imaginer. A travers les vitres, nous les avons vus, plantés au milieu du salon chauffé et garnis de ravissants objets, pommes dorées, gâteaux de miel, jouets et des centaines de lumières.
- Suis-je destiné à atteindre aussi cette fonction ? dit le sapin tout enthousiasmé. C'est encore bien mieux que de voler au-dessus de la mer. Je me languis ici, que n'est-ce déjà Noël ! Je suis aussi grand et développé que ceux qui ont été emmenés l'année dernière. Je voudrais être déjà sur la charrette et puis dans le salon chauffé, au milieu de ce faste. Et, ensuite ... il arrive sûrement quelque chose d'encore mieux, de plus beau, sinon pourquoi nous décorer ainsi. Cela doit être quelque chose de grandiose et de merveilleux ! Mais quoi ?... Oh ! je m'ennuie ... je languis ...
- Sois heureux d'être avec nous, dirent l'air et la lumière du soleil. Réjouis-toi de ta fraîche et libre jeunesse.
Mais le sapin n'arrivait pas à se réjouir. Il grandissait et grandissait. Hiver comme été, il était vert, d'un beau vert foncé et les gens qui le voyaient s'écriaient : Quel bel arbre !


Avant Noël il fut abattu, le tout premier. La hache trancha d'un coup, dans sa moelle ; il tomba, poussant un grand soupir, il sentit une douleur profonde. Il défaillait et souffrait.
L'arbre ne revint à lui qu'au moment d'être déposé dans la cour avec les autres. Il entendit alors un homme dire :
- Celui-ci est superbe, nous le choisissons.
Alors vinrent deux domestiques en grande tenue qui apportèrent le sapin dans un beau salon. Des portraits ornaient les murs et près du grand poêle de céramique vernie il y avait des vases chinois avec des lions sur leurs couvercles. Plus loin étaient placés des fauteuils à bascule, des canapés de soie, de grandes tables couvertes de livres d'images et de jouets ! pour un argent fou - du moins à ce que disaient les enfants.
Le sapin fut dressé dans un petit tonneau rempli de sable, mais on ne pouvait pas voir que c'était un tonneau parce qu'il était enveloppé d'une étoffe verte et posé sur un grand tapis à fleurs ! Oh ! notre arbre était bien ému ! Qu'allait-il se passer ?
Les domestiques et des jeunes filles commencèrent à le garnir. Ils suspendaient aux branches de petits filets découpés dans des papiers glacés de couleur, dans chaque filet on mettait quelques fondants, des pommes et des noix dorées pendaient aux branches comme si elles y avaient poussé, et plus de cent petites bougies rouges, bleues et blanches étaient fixées sur les branches. Des poupées qui semblaient vivantes - l'arbre n'en avait jamais vu - planaient dans la verdure et tout en haut, au sommet, on mit une étoile clinquante de dorure.
C'était splendide, incomparablement magnifique.
- Ce soir, disaient-ils tous, ce soir ce sera beau.
« Oh ! pensa le sapin, que je voudrais être ici ce soir quand les bougies seront allumées ! Que se passera-t-il alors ? Les arbres de la forêt viendront-ils m'admirer ? Les moineaux me regarderont-ils à travers les vitres ? Vais-je e rester ici, ainsi décoré, l'hiver et l'été ? »

On alluma les lumières. Quel éclat ! Quelle beauté ! Un frémissement parcourut ses branches de sorte qu'une des bougies y mit le feu : une sérieuse flambée.
- Mon Dieu ! crièrent les demoiselles en se dépêchant d'éteindre.
Le pauvre arbre n'osait même plus trembler. Quelle torture ! Il avait si peur de perdre quelqu'une de ses belles parures, il était complètement étourdi dans toute sa gloire ... Alors, la porte s'ouvrit à deux battants, des enfants en foule se précipitèrent comme s'ils allaient renverser le sapin, les grandes personnes les suivaient posément. Les enfants s'arrêtaient - un instant seulement -, puis ils se mettaient à pousser des cris de joie - quel tapage ! - et à danser autour de l'arbre. Ensuite, on commença à cueillir les cadeaux l'un après l'autre.
« Qu'est-ce qu'ils font ? se demandait le sapin. Qu'est-ce qui va se passer ? »
Les bougies brûlèrent jusqu'aux branches, on les éteignait à mesure, puis les enfants eurent la permission de dépouiller l'arbre complètement. Ils se jetèrent sur lui, si fort, que tous les rameaux en craquaient, s'il n'avait été bien attaché au plafond par le ruban qui fixait aussi l'étoile, il aurait été renversé.



Les petits tournoyaient dans le salon avec leurs jouets dans les bras, personne ne faisait plus attention à notre sapin, si ce n'est la vieille bonne d'enfants qui jetait de-ci de-là un coup d'œil entre les branches pour voir si on n'avait pas oublié une figue ou une pomme.
- Une histoire ! une histoire ! criaient les enfants en entraînant vers l'arbre un gros petit homme ventru.
Il s'assit juste sous l'arbre.
- Comme ça, nous sommes dans la verdure et le sapin aura aussi intérêt à nous écouter, mais je ne raconterai qu'une histoire. Voulez-vous celle d'Ivède-Avède ou celle de Dumpe-le-Ballot qui roula en bas des escaliers, mais arriva tout de même à s'asseoir sur un trône et à épouser la princesse ?
L'homme racontait l'histoire de Dumpe-le-Ballot qui tomba du haut des escaliers, gagna tout de même le trône et épousa la princesse. Les enfants battaient des mains. Ils voulaient aussi entendre l'histoire d'Ivède-Avède, mais ils n'en eurent qu'une. Le sapin se tenait coi et écoutait.
« Oui, oui, voilà comment vont les choses dans le monde », pensait-il. Il croyait que l'histoire était vraie, parce que l'homme qui la racontait était élégant.
- Oui, oui, sait-on jamais ! Peut-être tomberai-je aussi du haut des escaliers et épouserai-je une princesse !
Il se réjouissait en songeant que le lendemain il serait de nouveau orné de lumières et de jouets, d'or et de fruits.
Il resta immobile et songeur toute la nuit.
Au matin, un valet et une femme de chambre entrèrent.
- Voilà la fête qui recommence ! pensa l'arbre. Mais ils le traînèrent hors de la pièce, en haut des escaliers, au grenier... et là, dans un coin sombre, où le jour ne parvenait pas, ils l'abandonnèrent.
- Qu'est-ce que cela veut dire ? Que vais-je faire ici ?
Il s'appuya contre le mur, réfléchissant. Et il eut le temps de beaucoup réfléchir, car les jours et les nuits passaient sans qu'il ne vînt personne là-haut et quand, enfin, il vint quelqu'un, ce n'était que pour déposer quelques grandes caisses dans le coin. Elles cachaient l'arbre complètement. L'avait-on donc tout à fait oublié ?
«C'est l'hiver dehors, maintenant, pensait-il. La terre est dure et couverte de neige. On ne pourrait même pas me planter ; c'est sans doute pour cela que je dois rester à l'abri jusqu'au printemps. Comme c'est raisonnable, les hommes sont bons ! Si seulement il ne faisait pas si sombre et si ce n'était si solitaire ! Pas le moindre petit lièvre. C'était gai, là-bas, dans la forêt, quand sur le tapis de neige le lièvre passait en bondissant, oui, même quand il sautait par-dessus moi ; mais, dans ce temps-là, je n'aimais pas ça. Quelle affreuse solitude, ici ! »



« Pip ! pip ! » fit une petite souris en apparaissant au même instant, et une autre la suivait. Elles flairèrent le sapin et furetèrent dans ses branches.
- Il fait terriblement froid, dit la petite souris. Sans quoi on serait bien ici, n'est-ce pas, vieux sapin?
- Je ne suis pas vieux du tout, répondit le sapin. Il en y a beaucoup de bien plus vieux que moi.
- D'où viens-tu donc ? demanda la souris, et qu'est-ce que tu as à raconter ?
Elles étaient horriblement curieuses.
- Parle-nous de l'endroit le plus exquis de la terre. Y as-tu été ? As-tu été dans le garde-manger ?
- Je ne connais pas ça, dit l'arbre, mais je connais la forêt où brille le soleil, où l'oiseau chante.
Et il parla de son enfance. Les petites souris n'avaient jamais rien entendu de semblable. Elles écoutaient de toutes leurs oreilles.
- Tu en as vu des choses ! Comme tu as été heureux !
- Moi ! dit le sapin en songeant à ce que lui-même racontait. Oui, au fond, c'était bien agréable.
Mais, ensuite, il parla du soir de Noël où il avait été garni de gâteaux et de lumières.
- Oh ! dirent encore les petites souris, comme tu as été heureux, vieux sapin.
- Mais je ne suis pas vieux du tout, ce n'est que cet hiver que j'ai quitté ma forêt ; je suis dans mon plus bel âge, on m'a seulement replanté dans un tonneau.
- Comme tu racontes bien, dirent les petites souris.
La nuit suivante, elles amenèrent quatre autres souris pour entendre ce que l'arbre racontait et, à mesure que celui-ci parlait, tout lui revenait plus exactement.
« C'était vraiment de bons moments, pensait-il. Mais ils peuvent revenir, ils peuvent revenir ! Dumpe-le-Ballot est tombé du haut des escaliers, mais il a tout de même eu la princesse ; peut-être en aurai-je une aussi. »
Il se souvenait d'un petit bouleau qui poussait là-bas, dans la forêt, et qui avait été pour lui une véritable petite princesse.
- Qui est Dumpe-le-Ballot ? demandèrent les petites souris.
Alors le sapin raconta toute l'histoire, il se souvenait de chaque mot ; un peu plus, les petites souris grimpaient jusqu'en haut de l'arbre, de plaisir.


La nuit suivante, les souris étaient plus nombreuses encore, et le dimanche il vint même deux rats, mais ils déclarèrent que le conte n'était pas amusant du tout, ce qui fit de la peine aux petites souris ; de ce fait, elles-mêmes l'apprécièrent moins.
- Eh bien, merci, dirent les rats en rentrant chez eux. Les souris finirent par s'en aller aussi, et le sapin soupirait.
- C'était un vrai plaisir d'avoir autour de moi ces petites souris agiles, à écouter ce que je racontais. C'est fini, ça aussi, mais maintenant, je saurai goûter les plaisirs quand on me ressortira. Mais quand ?
Ce fut un matin, des gens arrivèrent et remuèrent tout dans le grenier. Ils déplacèrent les caisses, tirèrent l'arbre en avant. Bien sûr, ils le jetèrent un peu durement à terre, mais un valet le traîna vers l'escalier où le jour éclairait.
«Voilà la vie qui recommence », pensait l'arbre, lorsqu'il sentit l'air frais, le premier rayon de soleil ... et le voilà dans la cour.
Tout se passa si vite ! La cour se prolongeait par un jardin en fleurs. Les roses pendaient fraîches et odorantes par-dessus la petite barrière, les tilleuls étaient fleuris et les hirondelles voletaient en chantant : « Quivit, quivit, mon homme est arrivé ! » Mais ce n'était pas du sapin qu'elles voulaient parler.
- Je vais revivre, se disait-il, enchanté, étendant largement ses branches. Hélas ! elles étaient toutes fanées et jaunies. L'étoile de papier doré était restée fixée à son sommet et brillait au soleil... Dans la cour jouaient quelques enfants joyeux qui, à Noël, avaient dansé autour de l'arbre et s'en étaient réjouis. L'un des plus petits s'élança et arracha l'étoile d'or.
- Regarde ce qui était resté sur cet affreux arbre de Noël, s'écria-t-il en piétinant les branches qui craquaient sous ses souliers.
L'arbre regardait la splendeur des fleurs et la fraîche verdure du jardin puis, enfin, se regarda lui-même. Comme il eût préféré être resté dans son coin sombre au grenier ! Il pensa à sa jeunesse dans la forêt, à la joyeuse fête de Noël, aux petites souris, si heureuses d'entendre l'histoire de Dumpe-le- Ballot.



« Fini ! fini ! Si seulement j'avais su être heureux quand je le pouvais. »
Le valet débita l'arbre en petits morceaux, il en fit tout un grand tas qui flamba joyeusement sous la chaudière. De profonds soupirs s'en échappaient, chaque soupir éclatait. Les enfants qui jouaient au-dehors entrèrent s'asseoir devant le feu et ils criaient : Pif ! Paf ! à chaque craquement, le sapin, lui, songeait à un jour d'été dans la forêt ou à une nuit d'hiver quand les étoiles étincellent. Il pensait au soir de Noël, à Dumpe-le-Ballot, le seul conte qu'il eût jamais entendu et qu'il avait su répéter... et voilà qu'il était consumé ...
Les garçons jouaient dans la cour, le plus jeune portait sur la poitrine l'étoile d'or qui avait orné l'arbre au soir le plus heureux de sa vie. Ce soir était fini, l'arbre était fini, et l'histoire, aussi, finie, finie comme toutes les histoires.

19.12.08

la trève des confiseurs

La trêve des confiseurs était à l'origine appelée la trêve de Noël en référence à la période de Noël 1914 de la Première Guerre mondiale : les soldats du front occidental étaient épuisés et choqués par l'étendue des pertes humaines qu'ils avaient subies depuis le mois d'août. Au petit matin du 25 décembre, les Britanniques qui tenaient les tranchées autour de la ville belge d'Ypres entendirent des chants de Noël venir des positions ennemies, puis découvrirent que des arbres de Noël étaient placés le long des tranchées allemandes. Lentement, des colonnes de soldats allemands sortirent de leurs tranchées et avancèrent jusqu'au milieu du no man's land, où ils appelèrent les Britanniques à venir les rejoindre. Les deux camps se rencontrèrent au milieu d'un paysage dévasté par les obus, échangèrent des cadeaux, discutèrent et jouèrent au football.

Ce genre de trêve fut courant là où les troupes britanniques et allemandes se faisaient face, et la fraternisation se poursuivit encore par endroits pendant une semaine jusqu'à ce que les autorités militaires y mettent un frein.

"Joyeux Noël" Film de Christian Carion (2005) sur les évènements ci-dessus
Affiche
une image du film

16.12.08

un cadeau de Noël

entre ces jours si gris si froids

Il était une fois... ça pourrait commencer comme ça
Mais ce n'est pas un conte
Même si cela y ressemble.
Un petit morceau du passé.
Ressuscité l'espace d'une journée..
Mon cadeau de noël d'avant la fête

Merci pour ces instants tout imprégnés de souvenirs
De petites lumières nouvelles sur vos âmes d’adolescentes
Assises côte à côte sur les bancs de l’école
Et maintenant épouses, mères et grands-mères
Toutes deux complices pour tisser ce complot
D’une réunion autour des délices de nourritures terrestres

Pour une autre grand’mère
Et ils étaient là aussi les compagnons de chacune
Jacques, Jean. Pierre
Là pour signer un nouveau pacte d’amitié…
En levant notre verre.

13.12.08

Les Banques

Cette citation de Thomas Jefferson,que me rappelle un correspondant, ne mérite -t-elle pas qu'on y réfléchisse à nouveau et s'étonne de sa vision prémonitoire??

"je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, ces banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession,d'abord par l'inflation, ensuite par la récession, jusqu'au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis" ( 1801 )


Thomas Jefferson,
né le 13 avril 1743 à Shadwell et mort le 4 juillet 1826 à Monticello, a été le troisième président des États-Unis d'Amérique de 1801 à 1809. Cet homme d'État était également philosophe, agronome, inventeur, architecte et il ne cachait pas ses sympathies francophiles. Propriétaire ( par héritage) d'une plantation en Virginie, il possédait de nombreux esclaves. Pourtant, Jefferson était attaché aux Droits de l'Homme pour lesquels il lutta au niveau de son État et du pays. Il faisait partie de l'élite des Lumières et a connu les plus grands esprits de son temps. Rédacteur d'une partie de la Déclaration d'indépendance, il doubla la superficie des États-Unis par l'achat de la Louisiane.

10.12.08

Bientôt Noël


En ces temps de noël il est de tradition ..de se bercer de légendes plus dorées les unes que les autres…
Ce surnaturel qui fait tant de bien à l’âme d’autant plus qu’elle est naïve pure et sans tache
Mais sème parfois tant de rancœur chez ceux qui ont mal grandi

Chez nous c’est le noël chrétien puisqu’il est bien entendu que l’Europe ne peut se faire que sur ses racines chrétiennes mais voilà depuis la naissance du petit jésus il y a eu bien des invités dans nos patries réciproques, des guerres même dites de religions ,et puis on avait quand même réussi à faire la paix ,
En particulier chez nous en France par la loi de 1905 sur la laïcité….Chacun son domaine étant donné qu’on ne pouvait pas attribuer un budget de fonctionnement religieux proportionnel à chaque religion établie sans compter celles qui faisaient dissidence sous le nom de sectes .Pas une secte les témoins de Jehova par exemple ? et qui pouvait en décider ? …Mais voilà que les choses se compliquent depuis l’importation massive de main d’œuvre étrangère débarquée avec d’autres religions , majoritairement musulmane plus ou moins fondamentaliste Comment satisfaire ces revendications de territoire pour mosquées et autre prestation financières pour écoles religieuses qui grèvent un budget alimenté par les impôts de tous y compris les athées et les agnostiques ? Pas des Français comme les autres les athées ?
Non les religions seules veulent tenir le haut du pavé ? confortées par ceux qui ne savent plus comment faire rentrer le peuple dans une docilité servile sous prétexte de crise qu’ils ont eux même provoquée
Va-t-on rallumer la guerre des philosophies

Dans mon petit quartier pourtant on ne connaît pas , pas plus que la guerre des courants politiques
Mes voisins d’en face sont musulmans.
Pour la fête du mouton hier nous avons eu un bien joli dessert traditionnel. Mes petits voisins d’à coté sont communistes et je trouve au pied de mon mur de jolis restes de pain pour mes petites poules. Une autre voisine, qui est athée a une fille voilée et vote à droite, m’offre une jolie pâtisserie. sans raison J’ai aussi des cerises du jardin d’à coté quand c’est la saison . Maria notre bistrote ne vote pas …et me dit pourquoi.. et m’embrasse en remerciement de son menu de Noël je viens de lui imprimer

Et moi j’ai des pommes à distribuer quand c’est la saison sans me priver de dire mes opinions. Chacun sait ce que l’autre pense et en discute volontiers ..
Ce qu’on pourrait appeler le petit peuple serait-il plus intelligent et chaleureux que ceux qui sèment la zizanie , brandissent des drapeaux haineux au lieu de brasser les idées et de faire passer des messages de tolérance.. ?

9.12.08



vous pouvez lire
un billet intitulé :Capitalisme... libéralisme... désastre !

qui présente des extraits du bouquin de Naomi KLEIN :"La Stratégie du choc La montée d'un capitalisme du désastre "
Essai traduit de l'anglais par Lori Saint-Martin et Paul Gagné
Editions LEMEAC/ACTES SUD mai 2008
photo couv. GL

7.12.08

Hier, chez des amis

Depuis le centre ville

derrière une vitre bien close
j'ai regardé venir le soir
et ses lumières qui attendent Noël
à droite l'hôtel de ville illuminé

1.12.08

les dernières roses

je croyais bien que les derniers boutons ne s'ouvriraient plus
mais si


encore si belle en sa timidité

Un symbole ?

Epinay 1971

27.11.08

travailler jusqu'à 70 ans

trouvé dans ma boîte mails:



"Dans le cadre des mesures visant à favoriser le travail jusqu'à 70 ans, il est maintenant possible de se procurer des déambulateurs auprès de vos secrétariats."




ainsi non seulement les séniors pourront gagner plus mais favoriser le développement d'industries de confort au travail et participer à la relance de l'activité industrielle et à sa croissance



Témoignages
Mme A. Conseiller professionnel à Paris Convention: "Je suis très satisfaite du déambulateur, j'ai pu choisir un modèle avec un petit panier, ce qui est très utile lorsque je vais à la photocopieuse...."






M. X. Conseiller bancaire à Gennevilliers: "J'ai choisi un modèle avec un petit siège, c'est vraiment pratique lorsque je vais à la machine à café !..."


CHERCHER Les ERREURS

( s'il y en a!)

23.11.08

premier givre


dernières roses

pour une petite pause entre somnolence , toux, cachets , sirop et compagnie ..et ma tête abrutie.

21.11.08

Beaucoup de châteaux en Espagne

Moi j'ai choisi le Petit Train Jaune pour m'évader
photographié par ma flle et mon gendre le 15 nov dernier.
Pour moi c'est un émouvant rappel d'autrefois


déjà un peu de neige

mais encore une lumière d'automne pour franchir la vallée


Train Jaune
Le train jaune est aussi appelé affectueusement : le "Canari". C'est un véritable symbôle de la région Catalane.

Au couleur sang et or, il sillonne toute l'année ce territoire depuis 90 ans. Il part de Villefranche (427 m), grimpe jusqu'à la gare la plus haute d'Europe Bolquère (1 593 m), avant de rejoindre Latour de Carol Enveitg (1 231 m).

La SNCF garde, pour le plus grand bonheur des usagers, ce train qui circule été comme hiver et traverse la Cerdagne de part en part.

Il met 5 heures et autant pour le retour, de Villefranche-de-Conflent au terminus de Latour-de-Carol (64 kilomètres à 30 km/h).

C'est une promenade ferroviaire à travers des paysages de montagnes, des villages nichés dans les rochers, des torrents, des tunnels, des viaducs, ainsi que d'impressionnants ouvrages d'art comme le Pont Gisclard ou le viaduc Séjourné.

Il exécute 7 allers et retours quotidiens.

20.11.08

C'est beau la technique

J’ sais pas quoi dire..
Pas émergeante, et pourtant contente :
Ma connexion est réparée .
Oui cassée , fichue
Partie sans tambour ni trompette
Depuis un temps elle donnait des signes de faiblesse
De temps en temps allait faire un petit tour mais revenait
Elle allait revenir pas de raison
Laisser un peu reposer
Je savais bien que là-bas, ils font des restructurations

Un mail m’avait dit :

En juillet 2008, nous vous annoncions le rapprochement de Neuf Cegetel et SFR.
Aujourd’hui, il donne naissance au 1er opérateur alternatif d’Europe, regroupé
sous une marque unique SFR.
En tant que client fidèle, nous vous avions promis de vous faire bénéficier du meilleur des deux marques !


Total :plus de connexion. Non, c’est pas ça quand même ??
- Allo service technique… ?
De 9 heures à midi ça a duré…je vous passe les détails
Cafouillage …pour finir téléphone portable, ... une gentille technicienne, claire et compétente …
On refait tout le parcours ; de clic en clic , tout va bien ..finir

Sauf… petit silence : plus de téléphone !!
Je rappelle..problème de téléphone me dit-on ..
Rappelez plus tard. Je m’aperçois que c’est ma carte de portable qui est vide !!
L’après midi : » tous nos techniciens sont occupés.. !! rappelez plus tard..
Alors il vaut mieux que je soigne mon rhume exorbitant !!!
De toux en sirop , de sirop en mal de crane j’en arrive à ce matin .

Me souvenant des petites déambulations informatiques d’hier
Je réussis- toute seule !-mais non sans mal à provoquer le miracle
Ça marche !
Sans savoir qui a fauté !! je vous jure c’est pas moi, rien manipulé avant !!
Saturation abusive de la ligne ? manipulation de super intervenants ?
Un virus ? Allez donc savoir.

Mais « c’est pourquoi votre fille est muette »

18.11.08

Sagesse populaire


Un peu de poésie dans ce monde de brutes

LE CORBEAU ET LE RENARD
*
Maître corbeau sur un arbre perché
Ne foutait rien de toute la journée.
Sieurlapin, voyant ainsi le corbeau,
L'interpelle et lui dit aussitôt :
- Moi aussi, comme-toi, puis-je m'asseoir
Et ne rien foutre du matin jusqu'au soir ?
Le corbeau lui répond de sa branche :
- Bien sûr, Ami à la queue blanche,
Je ne vois ce qui pourrait t'empêcher
Toi aussi de ne rien glander...
Blanc lapin s'assoit alors par terre,
Et sous l'arbre reste à ne rien faire,
Tant et si bien qu'un renard affamé,
Voyant ainsi le lapin somnoler,
S'approchant du rongeur en silence,
D'une bouchée en fait sa pitance.

Moralité
Pour rester assis à ne rien branler,
Mieux vaut être très haut placé.

http://legrandcollisionneurdidees.blog.tdg.ch/

15.11.08

Fais du feu dans la Cheminée

JE REVIENS CHEZ NOUS
paroles et musique: Jean-Pierre Ferland

Il a neigé à Port-au-Prince
Il pleut encore à Chamonix
On traverse à gué la Garonne
Le ciel est plein bleu à Paris
Ma mie l'hiver est à l'envers
Ne t'en retourne pas dehors
Le monde est en chamaille
On gèle au sud, on sue au nord

Fais du feu dans la cheminée
Je reviens chez nous
S'il fait du soleil à Paris
Il en fait partout

La Seine a repris ses vingt berges
Malgré les lourdes giboulées
Si j'ai du frimas sur les lèvres
C'est que je veille à ses côtés
Ma mie, j'ai le coeur à l'envers
Le temps ravive le cerfeuil
Je ne veux pas être tout seul
Quand l'hiver tournera de l'oeil

Fais du feu dans la cheminée
Je reviens chez nous
S'il fait du soleil à Paris
Il en fait partout

Je rapporte avec mes bagages
Un goût qui m'était étranger
Moitié dompté, moitié sauvage
C'est l'amour de mon potager

Fais du feu dans la cheminée
Je reviens chez nous
S'il fait du soleil à Paris
Il en fait partout

Fais du feu dans la cheminée
Je rentre chez moi
Et si l'hiver est trop buté
On hivernera

video

13.11.08

JOUR SANS

Encore tout hier sans connexion ! et jusqu’à ce matin
Encore ces disfonctionnements d’internet ! on pourrait nous prévenir….
Rembourser ce temps qu’on nous nous vole sur notre abonnement !
On remplace bien les billets de trains qui n’arrivent pas à l’heure.
Et je ne compte pas les mini-interruptions journalières
Qui se font de plus en plus fréquentes sans raison apparente.

J’avais fini par penser que mon modem était HS…,
M’apprêtais à déclencher le branle bas du remplacement,
Déranger autrui en attendant, pour lire mon courrier,
Faire un signe aux passants.
Mais non ce matin tous mes petits boutons jaunes
Sont allumés…. Jusqu’à quand ?
Oui j’étais en rogne hier a lors j’ai écrit à la main :

« Zut de zut, je ne peux lire mon courrier
Je ne peux plus me connecter
Les chemins de fer sont sabotés
Commémorer : faut pas pousser !
Allez feignants faut travailler
Travailler jusqu’à 70 ans devient le plaisir
De notre liberté

La guerre est archaïque
Y a qu’à la moderniser
Les religions sont archaïques
Faut les booster
Ils disent tous que vieillir c’est merveilleux
Plus les jours passent
Plus on s’approche du paradis.

Le ciel est tout gris, le soleil se repose
Obama est en Amérique, c’est loin
La cote de Sarkozy remonte, le pauvre !
Ségolène s’en revient, la pauvre !!,
Je n’arrive plus à prendre ma douche
Sans geindre pour atteindre mes doigts de pieds,
Les petites poules ont fini leur ponte
Les hirondelles ne sont pas parties
N’étant pas revenues.
Les ouvriers nettoient les égouts




11.11.08

les premiers en ligne en 1914

mon père vers 1900 (né le 13 août 1893)


mon père en 1914 au moment de la mobilisation, il faisait son sevice militaire.
il fut blessé tout au début de la guerre( artère du bras droit à l'épaule)il fut reversé à la défense contre avion à l'arrière.

10.11.08

je suis née de la guerre

C’est si insignifiant un être
C’est si imprévu son apparition
Si mystérieux son contenu
Si ricanant le destin.

Qui a lancé les dés
Puisque dieu ne joue pas aux dés
Qui a dit toi tu seras la fleur de coquelicot
Toi la foudre qui flamboie
Toi le petit ver de terre ?

Eh bien me voilà c’est moi
Qui a choisi pour moi ?
Même que c’était la guerre
La guerre c’est pour tuer
Ou pour brouiller les cartes parfois

Pas tué tout à fait mon papa
Avec son bras en écharpe
Poussé à l’arrière pour épouser maman

Poussé comme une feuille d’automne
Loin de l’arbre qui l’avait vu naître.
Sûr sans ce vent d’automne
Je ne serais pas là comme ça.

Mais la guerre c’est coriace
Et ça laisse des traces
Ça se chante pour la Patrie
Et ma mère la chanta…
Pour les sacrifiés (1)
Pour consoler les estropiés
Qui revinrent du combat (2)

Puis elle chanta pour le petit enfant
Dans son petit lit blanc et rose
Son bonheur tout tremblant de l’avenir (3)

Car la guerre c’est tenace
Fallut recommencer l’histoire
Chanter encore chanter toujours
Les boches ne passeront pas.
Sont bien passés sont repartis
Des morts plein les fossés.

Maintenant faut que ça cesse
On met des fleurs dans les cimetières
On parcourt les grands champs de croix blanches
On serre la main de nos ennemis
Demain on célèbrera l’armistice
D’une guerre qui ne fut pas la dernière
Mais décida de mon destin
Puisque qu’un certain jour du 11 novembre
En défilant dans la rue
Pour célébrer la fin de celle
Qui devait être la dernière
J’ai rencontré mon mari.

vieilles chansons d'autrefois

1) Dors, mon chéri ,

je reproduis ici ce dont je me souviens de mémoire, chantée par maman
[ Une version bien plus longue en affichant le titre dans Copernic et provenant de Benjamin Champalloux
]
1er couplet
C’était un soir dans une chambre close
Un frais bambin dormait dans son berceau
Il souriait les lèvres à demi closes
Car dans son rêve il voyait un drapeau

2e Couplet
Dis- moi maman où donc est petit père
Est-il déjà parti pour le combat
Mois je voudrais aussi bien faire la guerre
A mon pays offrir mes faibles bras
Non mon enfant reste auprès de ta mère
Ton père est loin c’est assez de douleur
Il reviendra bientôt la mine fière
Pour t’embrasser toi qui fais son bonheur.

De t’éveiller il n’est pas l’heure encore
Disait la mère à son enfant chéri
Dors mon mignon dors bien jusqu’à l’aurore
Je te dirai quand viendra l’ennemi (bis)

3e Couplet
A ce moment, elle vit apparaître
Son pauvre époux qui tout couvert de sang
Vint tomber mort auprès de sa fenêtre
Près de son fils qui pleurait maintenant. (bis)

2)La chanson des yeux clos
Paroles: Maurice Boukay. Musique: René de Buxeuil 1916autres interprètes: Charles Dalberty (1921) non disponible sur le web

voici ce dont je me souviens

1er couplet

Quand je revins du combat les yeux clos
L'on me plaigait je dis sans artifice
Plaignez les morts qui dorment dans l'enclos
Sans voir vu le noble sacrifice
J'ai vu s'enfuir les canons ennemis
J'ai vu la gloire au fond de nos armées
Pourquoi me plaindre alors qu'il m'est permis
De tout revoir les paupières fermées
refrain
J'ai perdu la lumière mais je garde en mon coeur
La vision première des femmes et des fleurs
Quand mon regard se pose
Dans son obscurité vers les plus nobles choses
De gloire et de beauté

2ème couplet
Voici la place où je venais m'asseoir
Près de Ninon par l'amour embellie
Quand de la vie elle m'attendra le soir
Je la verrai toujours jeune et jolie
J'aurai les yeux pour mes enfants pour voir
Le renouveau des êtres et des choses
Et je mourrai sans voir mourir les roses
refrain
j'ai perdu la lumière...

3)FERME TES JOLIS YEUX

Paroles: Virgile Thomas, René de Buxeuil, musique: René de Buxeuil, 1913
1er couplet
Dans son petit lit blanc et rose
Suzette jase en souriant
Elle babille mille choses
A sa douce et chère maman
Mais, chut, il faut dormir bien vite
Nous avons assez bavardé
Faites dodo chère petite
Car petit père va gronder
Et tout en berçant la gamine
La mère lui chante câline:
REFRAIN:
Ferme tes jolis yeux
Car les heures sont brèves
Au pays merveilleux
Au beau pays du rêve
Ferme tes jolis yeux
Car tout n'est que mensonge
Le bonheur n'est qu'un songe
Ferme tes jolis yeux
2ème couplet
Dans sa chambre de jeune fille
Suzette devant son miroir
A l'heure où l'étoile scintille
Vient se contempler chaque soir,
Elle admire sa gorge ronde,
Son corps souple comme un roseau,
Et dans sa tête vagabonde,
Naissent mille désirs nouveaux
Laisse là tes folles idées
Gentille petite poupée.
REFRAIN
ferme....
3ème couplet
Enfin c'est le bonheur suprême,
L'instant cher et tant désiré,
Avec le fiancé qu'elle aime
Suzon vient de se marier
Et le soir dans la chambre close
Quand sonne l'heure du berger
Elle laisse, pudique et rose,
S'effeuiller la fleur d'oranger
Puis elle écoute avec tendresse
Son époux chanter plein d'ivresse:
Refrain..
ferme tes jolis yeux....

9.11.08

Le tableau prédédent

Pas compris pourquoi on ne pouvait l'agrandir en cliquant dessus
celui-là veut bien

et n'oubliez pas:
"Si on écarte les frites et les chips"

8.11.08

L'Amérique du nord au sud

et tandis que se dorlotent les espoirs d'une Amérique retrouvée,

tout ce que nous lui devons,

tout ce qu'elle nous doit,

si on commençait par nourrir le monde?









Images Science et Vie nov 2008 ( cliquer pour lire)

7.11.08

ô rage ô désespoir!!!


impossible de me connecter de toute la journée!!!

c'est la récession à tous les niveaux!

pour tous???

pas sûr!!

5.11.08

OBAMA! OUF!..


C'aurait pu être pire, même si le bébé sera difficile à élever

2.11.08

ces vieilles civilisations qui meurent..

Laissez donc les morts tranquilles ils ont fait ce qu’ils ont pu
Beaucoup de routes neuves, beaucoup de bêtises aussi
Ne vous croyez pas quitte en regardant sous leurs lits
D’épousseter quelque débris
Frotter vous-même pour que ça brille
Au lieu d’encenser leurs guenilles
Préparez pour les petits enfants
Un peu de crème à la vanille.