29.1.08

Le mythe de la caverne de Platon

C'est bien connu, on ne voit jamais toute la réalité des choses seulement leur ombre projetée par une lumière qui vient d'ailleurs. Parfois la lumière tombe plus ou moins d'aplomb et les ombres sont très courtes comme au solstice d'été,à midi. ou très longues .... c'est selon le soleil qui nous éclaire...
un grain de sable peut paraître très grand ou tout petit...les responsabilités aussi .

Les animaux malades de la peste

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureurInventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom)
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n'en voyait point d'occupés
A chercher le soutien d'une mourante vie ;
Nul mets n'excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n'épiaient
La douce et l'innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d'amour, partant plus de joie.
Le Lion tint conseil, et dit :
Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune ;
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux,
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents
On fait de pareils dévouements :
Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
L'état de notre conscience.
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons
J'ai dévoré force moutons.
Que m'avaient-ils fait ?
Nulle offense :
Même il m'est arrivé quelquefois de manger
Le Berger.
Je me dévouerai donc, s'il le faut ; mais je pense
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi :
Car on doit souhaiter selon toute justice
Que le plus coupable périsse.
- Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;
Et bien, manger moutons, canaille, sotte espèce,
Est-ce un péché ? Non, non.
Vous leur fîtes Seigneur
En les croquant beaucoup d'honneur.
Et quant au Berger l'on peut dire
Qu'il était digne de tous maux,Etant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire.
Ainsi dit le Renard, et flatteurs d'applaudir.
On n'osa trop approfondir
Du Tigre, ni de l'Ours, ni des autres puissances,
Les moins pardonnables offenses.
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L'Ane vint à son tour et dit :
J'ai souvenance
Qu'en un pré de Moines passant,
La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
Qu'il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n'était capable
D'expier son forfait : on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Jean de LA FONTAINE (1621-1695)

27.1.08

un troisième cadeau


une visite virtuelle de

http://www.gilleslaporte.blogspot.com
écrivain dont la première promenade sur son blog éveille ma curiosité et ma sympathie
mais sans doute le connaissiez-vous avant moi??
un petit clin d'oeilau hasard chez lui:
"Par les temps de criminalité banco-financière et d'agitation politico-dallassienne que nous connaissons, relire quelques écrits sains (et, éventuellement, les méditer...) n'est pas un luxe. Voici trois pensées de Julie-Victoire Daubié (cette femme généreuse et courageuse dont je raconte la vie dans la biographie romanesque Julie-Victoire, première bachelière de France..........."

COMME C'EST BIZARRE

J'avais bien du chagrin dans le coeur....

Deux messages concrets ajoutés aux virtuels m'arrivent
Deux petits paquets
L'un que vous savez déjà
L'autre encore en voyage
Que vous savez aussi .

En remerciement, je vous offre un peu de ma légèreté
du temps passé:

CHUT

Chut. Personne.
J’ai fini d’interroger les hommes.
La vie est immense et déborde
Je suis forte et je donne toute ma force
Elle va de par le monde. Qui la veut ?
Jamais je ne refuse et jamais je n’impose
Je n’ai pas de passion et de haine non plus
Je vais l’âme dans le soleil
Mon amour joue dans les arbres
Mes pleurs entre mes cils sont restés
Ils font des perles sur les feuilles
Mes pleurs à personne ne sont allés
Personne ne m’a pris mon baiser.
Je le donne parce que je vis, parce que je le donne, je vis
Qui ? Personne. Personne ne m’a pris mon baiser.
Je le donne à l’âme qui souffre
Je le donne à l’âme qui chante
Je le donne à l’âme qui veut tout ce qu’en moi je chante.

FLUIDITE...

23 février 1944.

25.1.08

Tableaux de marqueterie

La marquetterie* est un art ancien, c'est une technique qui remplace la peinture par le bois.
* 2 orthographies possibles

ci dessous MARQUETERIE MOINEAU
oeuvre en marqueterie de bois réalisée avec plusieurs essences de bois naturelles. signé CIAMARONE



ci dessous 2 tableaux marqueterie et une peinture de M.Jacques Cayet chez qui mon mari les a photographiés . excusez les taches de flash!!!



ci desous sa dernière réalisation : peinture sur assiette.

24.1.08

Brindilles embaumées 23 janvier 2008

C’était hier, mon mari revenait de voyage.
- Tiens, dit-il, j’ai un cadeau pour toi.
J’ouvre le petit paquet de papier fleuri minutieusement clos par du scotch
-3 napperons blancs, un autre plus petit brodé de fleurettes de couleur.
-Un petit papier à lettre plié ! …..
Je scrute ces petits chef d’œuvres que les grand-mères (pourquoi grand’mères ?) réalisaient autrefois au crochet le soir à la veillée ..
Sur mon petit papier plié .. de simples mots du cœur …

Je savais bien d’où venait la surprise .
Mon mari raconte les retrouvailles : leur maison, leurs enfants, les petites misères de l’âge, les souvenirs communs.
Devant mes yeux tout un passé refleurit…
Ma voisine de palier quand nous habitions en Alsace, son petit garçon de 4 ans venant au secours de ma poupette de 3 ans se débattant pour échapper à une toilette intempestive :
- Claude ! Claude !!
- moi il est là, moi il est là !
Les instants volés aux impératifs professionnels, parfumés de petits cafés, sertis des menus services rendus…. ..l’amitié ….

Nous avons déménagé ….le temps et l’espace se sont étirés… le fil n’a pas cassé, il est là dans sa blancheur de napperon ajouré.
Sur le papier je lis : Faits par maman et une autre camarade de mon pays natal ….Combien de générations depuis ? si j’ai bien compté 5 si l’on compte les derniers petits d’une fille de sa fille !!
Un des napperons est à choisir par ma poupette qui a maintenant 55ans
- En souvenir de la petite main tenue dans la mienne, petite main qui, elle, ne se souvient pas.

Ils ont mangé le pâté lorrain, partagé fierté et admiration pour les créations artistiques du mari décorant le logis, remarquées et primées ailleurs: peinture..…tableaux de marqueterie………, ils ont encore papoté puis regagné la gare où mon mari devait prendre le train à destination de sa très sérieuse réunion de militants

Voilà : rendez-vous projeté pour nous quatre ….si..si… Si nous sommes encore là comme disait ma grand’mère.


Mes petits napperons.




19.1.08

la propriété intellectuelle

A partir d'un livre

Je vois que je ne suis pas la seule engagée pour l’évolution des lois qui n’ont cessé de devoir prendre en compte l’évolution des mentalités vers un nouvel humanisme et contre des réalités économiques génératrices d’injustices criminelles qui débouchent sur des guerres meurtrières que nous connaissons
La propriété intellectuelle en question n’échappe pas à la remise en cause des principes établis, condition sine qua non de toute avancée civilisatrice.
Et comme depuis la nuit des temps, cela ne se fait pas sans difficultés et grincement de dents.

Ce bouquin que je viens de lire éclaire cette lutte permanente pour l’éclosion de concepts nouveaux. Il s’agit en particulier d’informatique et du conflit entre les tenants du logiciel propriétaire et du logiciel libre

.Le titre lui-mêne annonce la couleur :
« La bataille du logiciel libre » dix clés pour comprendre par Perline et Thierry Noisette. ( édit. La Découverte févr. 2006)


Je ne peux en faire ici une analyse complète . je relève une citation relative aux discussions au parlement européeen 2005 sur le sujet):
« nous n’avons jamais pu parler un langage commun avec les représentants des grands groupes que nous avons rencontrés- et notamment ceux de Microsoft. Leur parler de libre circulation des idées, de liberté d’accès au savoir, c’est leur parler chinois. Dans leur système de pensée,….ils ne peuvent comprendre qu’une invention qui n’est qu’un pur produit de l’esprit ne peut être brevetable. C’est tout simplement terrifiant… »

Mais il ne s’agit pas seulement de logiciel libre en informatique. Dans la postface de ce livre ,il est repris une conclusion d’un article du Monde diplomatique fin 2005
www.monde-diplomatique.fr

« contre le « capitalisme informationnel », des coalitions de plus en plus larges défendent et développent les biens communs informationnels existants et à venir. La bataille du logiciel libre n’est qu’une facette d’un conflit, durable, englobant aussi bien la recherche médicale que la musique, la biodiversité » que l’information »

Il n’y a pas que les règles de la néthiquette qui peuvent régir les lois de la propriété intellectuelle.
Il n’y a pas non plus que des artistes qui sont réduits à vivre ou mourir de leurs créations selon les lois du marché

Lors d’un voyage que je fis en Norvège en 1995, j’ai visité à Oslo, un parc extraordinaire et où j’ai pu me rendre compte qu’un artiste n’était pas forcément vouée à la misère , à l’exploitation, pas plus qu’obligé de vendre ses œuvres pour survivre dans un jungle impitoyable .. Qu’elle ne le devrait pas
qu'il peut vivre de son travail , sans être obligé de garder la propriété de ses oeuvres , mais les offrir pour son plus grand honneur ,gratuitement à un large public .

dans ce parc sont exposées 214 des
œuvres.de Gustav Vigeland )

En 1921, le conseil municipal d'Oslo décide de détruire un vieil édifice où se trouvait l'atelier du sculpteur pour construire une bibliothèque. Arrivé à un accord, le conseil construira un nouvel édifice servant d'atelier et de maison pour Vigeland qui sera à sa mort changé en musée. En échange, Vigeland s'engage à offrir à la ville tout son travail, ses sculptures, ses dessins, ses bas-reliefs et ses modèles. Et fut assuré de subsides et même des soins d’une « gouvernante »)Dans sa maison à Kirkeveien, il vécut et travailla jusqu'à sa mort en 1943. Ses cendres y reposent et sont conservées dans la tour. Comme prévu, l'édifice fut transformé en Musée Vigeland, où l'on peut trouver divers oeuvres de l'artiste et tous les modèles originaux des sculptures de Frognerparken.
Le Parc de Frogner est un vaste domaine de 40 hectares. Ce surprenant parc présente cinquante groupes sculptés, ne comprenant pas moins de mille six cents personnages traités dans le style "érotico-primitif" par le sculpteur Gustav Vigeland, surnommé par certains "le Rodin du Néanderthal".



Ne conviendrait-il pas de réfléchir au sens de ce modèle norvégien?

une oeuvre de Gustave Vigeland: l'enfant en colère

15.1.08

GREVES DE LA FAIM

Grèves de la faim contre la loi anti tabac, contre les OGM, pour le droit au logement..pour.....etc....

Après le député UDF Jean Lassalle, une commerçante à Frioul, un SDF à Paris et 136 clandestins au centre de rétention des étrangers de Vincennes mènent actuellement une grève de la faim.
Des immigrés sans-papiers protestent depuis le 20 décembre contre leurs conditions d'arrestation et de détention dans le centre de rétention administrative (CRA) de Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne) près de Paris. Un bon nombre d'entre eux sont en grève de la faim et exigent d'être traités comme des « êtres humains » et non comme des « numéros. »

TCHAD
12/12/07
Arche de Zoé : nouvelles grèves de la faim
E n solidarité avec les six Français de l'Arche de Zoé emprisonnés et poursuivis au Tchad, des membres de six familles d'accueil ont décidé d'entamer une grève de la faim en France.



Il semble que les grèves de la faim sont en train de devenir un phénomène de société d'une l'ampleur jamais atteinte., une sorte de protestation du désespoir qui consiste à se détruire soi-même .
Ces ultimes moyens n'ont-ils pas quelque rapport avec les suicides , l'immolation par le feu, le sacrifice de la vie des kamikases ??

Une vie d'homme n'est-elle rien en regard d'une croyance, d'une idéologie, d'une conviction , d'une revendication,? Faut-il des martyrs pour faire progresser la justice, l'équité , les valeurs morales dans notre société?


Les bureaux de tabac furent autrefois des récompenses de guerre , et voilà les buralistes jetés à la rue( comme tant d'autres ) par une nouvelle loi qu'il n'est pas mon propos de discuter ici mais seulement de dire qu'avant de proclamer une loi il faut en prévoir les conséquences sur ceux qui n'ont pas mérité d'en être les victimes

13.1.08

essai

video

et toujours le redire: bannir l'esclavage, chez les animaux aussi


Extrait d'un petit entrefilet dans Charlie Hedo:

"Derrière La Piste aux Etoiles":

.....l'enfermement d'animaux sauvages qui ne quittent leurs camoins-cages que pour se rendre sur la piste.Ils n'ont aucune chance de courir un jour dans la savane,naissent,vivent et demeurent dans des cages après avoir subi de dures séances de dressage, fondées sur la peur et la contrainte. derrière la beauté de ces animaux(lions, hippopotames, lamas, tigres, primates, ours...)emprisonnés, esclaves de l'homme, la cruauté de la captivité.
Les enfants ne mérirent pas les mensonges des adultes, qui leur font accroire que c'est tout naturellement et par pur plaisir qu'un ours se maintient en équilibre sur une seule patte sur un tabouret ridicule ou qu'un lion s"éclate à suter dans un cercle de feu, numéros contre nature et dangereux pour eux

10.1.08

message

J'ai dû faire reformater mon disque dur, beaucoup perdu malgré les sauvegardes et en particulier mes mails et pas mal d'adresses...j'erre encore comme une âme en peine..
Quand vous pourrez laissez moi un mot que je puisse récupérer vos adresses
et sentir que vous êtes toujours là et surtout me pardonner de n'avoir pu vous joindre
enfin mon ordi reprend vie bien proprement me laissant pourtant encore.. bien navrée
amitiés à tous.
micheline.

4.1.08

Faut-il pleurer, faut-il en rire ?

Un petit mot à tous ..non je n'ai pas complètement sombré corps et biens sur l'océan des jours.
Seulement,
les après-remue-ménages sont préjudiciables à ceux que les habitudes maintiennent en état de marche apparente pourvu qu'on ne dérange pas trop leurs trajectoires....
Toute une foule de sensations mêlées de contentement , d'efforts inconscients pour être à la page , préparer "maison" les traditionnels surplus de riches nourritures .. confectionner des paquets pour la joie d'en déchirer à doigts saccageurs les papiers bruissants de surprises .

Ou bien attendre l'heure de la nouvelle année..toute remplie de la promesse des voeux inaccomplis de l'année passée ....
Oui j'ai été , nous avons été gâtés d'avoir toute notre proche famille pour Noël : nos deux enfants , nos deux petits enfants plus une sympathique pièce rapportée...
Pour la nouvelle année on a un peu triché.... nous étions déjà au lit..avant l'heure; le fils nous ayant quittés vers 22h 30 ...et toujours bien convaincu (ou fait-il semblant aussi? comme les autres )que nous sommes les piliers inamovibles de la maisonnée..solides au post. (au poste!)
Et pourtant le fil des jours devient si mince parfois..un être cher menacé, un autre à sa dernière demeure...tout récemment.. je n'avais plus de souffle, plus d'envie , plus rien à dire à mon ordi ..., il est déjà vieux mon ordi ..mon blog va avoir 3 ans, j'ai l'impression que c'est vieux pour un blog...je vois bien qu'on se lasse ausi à l'entour .. prêt à s'en aller ..
Pourtant c'est quand même quelque chose une petite boîte de réception qui se remplit..un nom connu qui apparaît, des mots de gentillesse ou de vraie chaleur.
Alors je soigne mon estomac qui ne veut même plus de mon petit verre de vin au repas, je remonte le thermostat pour éviter de remettre un 3ème gilet .. j'ai froid quand même et.. bizarre hein?, comme dérivatif : des tâches ménagères..pour ne pas penser.Toute une matinée nous avons, Pierre et moi ,entre les deux fêtes, décroché des rideaux, fait plusieurs lessives etc. C'est lui qui a monté à l'escabeau , essuyé le haut des éléments de cuisine empoussiérés depuis x mois; moi qui ai remis les agrafes...passé le polish sur le bas des meubles .C'est lui qui fait les courses en mobylette et revient le nez rouge, c'est moi qui fais la tarte . Point d'aide ménagère comme au temps où je travaillais, je n'aime guère qu'on circule autour de moi quand je suis à la maison.

Et c'est ainsi que je fais ma gymnastique ( de moins en moins!)
Voilà il fallait bien que j' explique un peu...
Et je n'ai pas dit que traîne un livre sans arriver à le finir, que, depuis hier, j'essaie de réapprivoiser mon ordi ..je ne sais si c'est moi ou lui mais j'ai eu un tas d'embrouilles , perdu plusieurs fois mes connexions , des fichiers ! un vrai marasme dans la tête .
Pour conclure: dans quelques mois j'aurai 88 ans!! hier nous avons signé notre 55 ème anniverssaire de mariage !! c'était le trois janvier, il neigeait ce jour-là: la bêtise de ma vie ou la seule chose sensée de ma vie!??allez savoir!!