23.11.11

l'ascenseur


Ascenseur


C’est bien ce que j’ai voulu
Et pourtant j’ai mal au ventre
De voir une blessure saignante
Au mur solide de ma maison

On l’a troué pour une affaire
Qui me fait mal au ventre
Ne plus pouvoir par l’escalier
Atteindre où nous avons dormi

On y fera une autre porte
Qui débouchera sur l’ascenseur
Et subito presto nous transportera
De bas en haut de haut en bas

Plus besoin de nos jambes
Et pourtant j’ai mal au ventre
En regardant se construire
Ce que nous avons voulu.

En regardant le trou se faire
Dans le mur de ma maison
Et ces petites pierres à terre
Qui ne serviront plus,

J’oublie de penser à ceux
Qui n’ont même pas de maisons
Tant ce qui nous est acquis
Devient égoïste nécessité

M.L. 22 nov. 2011.

 

5 commentaires:

tanette2 a dit…

Des travaux d'importance et...un déchirement que je comprends.
BIses.

brigetoun a dit…

en même temps c'est merveilleux (dirais pas non si je pouvais) - essaies de prendre ça comme un jeu - je sais c'est facile...
bacci

Solange a dit…

Bien compréhensible, mais le temps calmera la blessure.

Air fou a dit…

Magnifiquement dit et si percutant dans tous les sens.

La maison, notre maison, c'est quand même nous, notre habit, notre coquille, notre abri, notre vécu, notre solidité, notre fragilité.

Je comprends. A ma mesure, je comprends. Et combien coûte cher la vie a certains moments.

vince a dit…

un ascenseur!! ma chère!!! ça fait pas riche, ça fait aisé!!!!
gros bisouxxxxx