30.7.10

Hier

La nature a horreur du vide, c’est bien connu
Au soir de ma journée d’hier ce n’était pas évident
Quoi donc cette journée que j’avais je ne l’avais plus ?
En me penchant un peu je vis qu’elle était pleine de riens
Avec trois fois rien on fait parfois quelque chose a dit un petit malin
Alors là c’était sûrement de tout petits riens qui ne valaient plus grand-chose.
Je décidai d’aller me coucher. Seule dans ma maison qui pouvait y redire ?
J’entendis un petit chat qui miaulait, je lui fis une caresse
Et m’endormis tout aussitôt tout à fait bien.

Et là écoutez moi je sus que j’avais fait quelque chose
Dont mon ordinateur était plein, tout un ravitaillement mis en réserve depuis longtemps .
Tout était congelé là dedans et pourtant prêt à consommer
Il suffisait de décongeler, c’était urgent.
J’en ai pris un peu sur le dessus qui commençait à ramollir
Pour mon père et ma mère. Que faire du reste ?
C’était vraiment un frigidaire. Et c’était grand là dedans
Que de la très bonne viande. Bon il suffisait de tout couvrir d’une épaisse couverture
Et attendre.
Mais pour quoi faire ?, puisque je n’aime pas beaucoup consommer.
Profitez qu’on nous dit profitez prenez-en encore un peu je vous en prie
J’aime pas le tout cuit, j’aime fabriquer, n’importe quoi mais ajouter quelque chose

Voyons ma journée d’hier ..pas mal de petits riens quand même
De ceux qui passent comme une lettre à la poste on dit
Mais la poste aujourd’hui c‘est plus ce que c’était vous savez bien
Le téléphone c’est mieux et ça j’avais eu 2,3,4 coups, à 10 minutes en moyenne chacun ça ne fait guère qu’une demi heure….et encore des mots pas bien clairs vu qu’mes esgourdes sont ensablées
Toilette de chat, quignon de pain pour mon quatre heures et pour midi aussi avec un peu de beurre
Non j’exagère un peu mieux quand même j’me rappelle plus
Alors quoi, y avait quelque chose qui flottait dans ma tête l’air de rien c’était pas rien.
Comme une musique de Verlaine en son parc glacé
Sur une image à conserver, j’savais pas comment faire,
Cette photo que j’avais prise comme ça de dos, mine de rien c’était pas rien.
Un moment d’éternité quand rien n’est encore décidé.
Savoir si on va partir ou rester, vu de dos ça n’a l’air de rien
Mais j’ la trimballais dans ma tête cette photo je savais bien que c’était quelque chose de l’avoir, par chance, fixée
Ensemble encore et pour combien de temps ? j’savais pas comment faire, y ajouter du papier, des mots- j’aime encore -les ajouter aux souvenirs de ce qui ne reviendra plus.

Alors j’ai décidé de prendre l’air. Avec un petit coup de pied au derrière j’ai pu aller. Même que j’ai rencontré une auto école qui manœuvrait dans mon quartier. Un moniteur tout rigolo s’est penché à la portière ; petit salut décontracté…….et vous, vous l’avez votre permis ? oui j’y ai dit ça fait un bout de temps mais il ne me sert plus guère vu qu’j’ai 90 ans. Je n’ai sais pas ce que j’ai à dire mon âge comme ça. Car ça ne rate pas !! -on n’dirait pas !!- oui on dit ça !!- moi qu’il a dit je vous donnerais plus que ça !! et on a ri.

En rentrant j’ai encore regardé la photo …regardé ce que je lui avais déjà dit et puis tout s’est évanoui j’étais fatiguée …à peine de quoi sentir respirer ceux qui de loin ou de près, savent encore comprendre ce que je ne dis pas. A tout le monde.
Et je suis allée au lit.

6 commentaires:

brigetoun a dit…

joli - normal - même

Air fou a dit…

Avec ou sans apostrophe
Ça fait quand même quelque chose

Mes ordis sont pleins, il commence à faire froid dedans. Urgence aussi. Qui d'autres que moi toutes ces réserves intéresseront un jour? Ah oui, je sais : sur Internet, tout peut servir à faire des sous.

Sinon, c'est entre nous.

C'est pas rien.

Et ça aura servi à fabriquer nos vies et qui nous sommes.
Et ceux-là qui nous aiment.
Et ceux qui les aiment, ceux-là.
Et qui sait, plus encore!

C'est déjà quelque chose.

Trois fois passera
La dernière, la dernière
Trois fois passera
La dernière y res-teeee-raaaaaa...

Zed xxx...

Air fou a dit…

La nature a horreur du vide.

On vide son cœur et ils se remplit aussitôt. Est-ce d'un peu de joie, aujourd'hui?

Zed ¦)

Anonyme a dit…

Bonjour Micheline

Je suis très ému par ce très long texte et je devine le climat qui l'a inspiré ; cette photo vue de dos, surtout, porte à elle seule le poids immense du souvenir, de l'espérance, de l'angoisse aussi ...

Je pense à toi, à vous ...

Bises

Petite Boussole

micheline a dit…

merci pour votre présence..Pierre très content d'être est renté à la maison aujourd'hui , n'a plus qu'à attendre sagement que les forces reviennent.

Solange a dit…

C'est un bel article qui en dit long. Je crois que j'en ai manqué des bouts je ne savais pas que Pierre était à l'hopital.