9.7.09

Le bonheur est un rêve

Oui le bonheur existe, j’ai déjà dit. Il est dans mes rêves, mes rêves vécus comme une réalité si prégnante si bonne à boire dans le vin de la nuit.
Vite, vite il est encore là dans mes mains sur ma peau encore endormies, pas tout à fait sorti des limbes du sommeil, un sommeil complice qui a bien voulu se prolonger au-delà de ses limites habituelles : 7 ½ heures. C’est tard pour moi et j’ai pu dire à mon mari s’étonnant joyeusement de mon repos prolongé que oui j’avais bien dormi et que j’avais fait un beau rêve. Un rêve d’amour. Il est content pour moi sans savoir vraiment sans chercher à savoir que ma priorité est de venir essayer de mettre des mots sur mon bonheur ....l’empêcher de partir se réfugier dans l’ombre de la vraie vie où pointent de si évidentes urgences.

« Une petite pièce un peu restreinte, quatre personnages assis autour d’une petite table de formica. Je viens d’ouvrir les yeux comme d’un petit somme où il me semble avoir sombré. Le couvert est mis, deux personnes venues travailler à quelque aménagement de la maison ont été invitées à partager notre repas. Petite surprise bien venue. Tenue plutôt soignée, l’un d’un certain âge, l’autre plus jeune, bien découplé est à ma gauche tout près de moi. Je me dis que mon mari a bien fait de les avoir conviés. Nous mangeons, mon voisin de gauche est vraiment tout près de moi, nous sommes un peu serrés bientôt son bras s’avance vers mes épaules puis dans mon cou en un geste qui me paraît naturel, une douce sensation envahit tout mon corps, une chaleur qui se prolonge et irradie tout mon être. Il reprend du pâté dans la terrine où j’ai fait comme d’habitude le pâté maison. Il le trouve bon je suis contente et son corps est comme soudé au mien dans une communion profondément charnelle. Enfin le repas se termine nous nous levons. Un nouveau personnage est parmi nous : une jeune personne un peu fluette qui a l’air de bien le connaître, oui et elle me confie : Il est comme ça ... Moi ça m’est égal, je voudrais savoir son âge. Vieux me dit-elle 38 ans ! Et je me dis aussitôt moi j’ai 30 ans, tout est encore possible La scène se dissout lentement dans une sorte de nuage flou de son passé .... je m’éveille, il est tard mais je suis bien …."

Ps : ce récit terminé,
Il me revient seulement un tout petit morceau d’un autre rêve qui a précédé ce dernier dans une phase précédente de sommeil et où dans une situation angoissante j’ai fini par écraser du pied profondément dans un trou, une sorte de chose malfaisante, mi bestiole mi humaine.

6 commentaires:

vince a dit…

coucou!!!
désolé!! je ne saurais analyser ce rêve.
bonne fin de journée
bises et bonjour à Pierre.

micheline a dit…

Pas besoin d'analyse!
mes rêves, j'aime bien les écrire surtout quand ils me font du bien.

vince a dit…

c'est vrai mais chaque élément du rêve revêt une signification.bonne soirée

Solange a dit…

Peu importe la signification, s'il était agréable. J'aimerais bien me souvenir de mes rêves avec autant de précision.

Viviane a dit…

J'aime beaucoup tes rêves!
Bisous
Viviane

Jigé a dit…

Salut amie d’Outre-Atlantique et merci du partage. C’est tout à fait par hasard, au gré de mes explorations des blogs, que j’ai atterri ici.

Intéressant ce rêve, dis donc. Bravo! (Môa être curieux et aimer tous les rêves).

NOTE. Mon blog parle de la connaissance de soi. Si le coeur t'en dit, tu es bienvenue.