5.9.10

TOUT CHANGE SI VITE

ce qu'il reste d'un petit campement de Roms
 installés ici il y a deux jours encore

ils ont été reconduits en Hongrie

m'a dit un visiteur venu récupérer de la ferraille.
 Rom aussi d' une commune voisine, papa d'une jolie petite fille
 qui m'a montré sur ses doigts qu'elle avait 9 ans et dit : je vais à l'école

non loin de là, terminant mon petit tour
 les constructions vont bon train 

même  ce petit espace entre deux maisons
sera accupé par un tout petit logement.  

7 commentaires:

brigetoun a dit…

honte à nous, pauvre de nous

Solange a dit…

C'est triste.

Air fou a dit…

Je n'ose aborder cette question, fort complexe. Comment et jusqu'à quel point défendre ses frontières et les droits citoyens des contribuables...

Lors de la guerre Albanie/Kosovo, nous avions accueilli ici comme réfugiés politiques nombre de de Kosovars. Logements, tout le principal, assurance-maladie et tout, plusieurs cas de tuberculose, peu de gens éduqués.

Quand la situation s'est stabilisée, ils (au moins la majorité) ont tout planqué là, laissant les propriétaires qui avaient pris des risques sans locataires, donc perte de revenus.
Maintenant, on demande un compte en banque d'au moins 1 500 $, et des tonnes d'informations personnelles qui elles, vont à l'encontre des droits de la personne et du droit à la protection des informations personnelles.

Sans aucune contrainte de rester et aucune obligation face à la loi, peut-on blâmer quiconque de lever le camp sans prévenir... Ici, le pays est plus un territoire fourre-tout où vient s'installer à peu près n'importe qui au moins quatre ans cinq ans, avant que son dossier n'ait terminé sons parcours. Chez eux, le mot pays évoque les racines, le cœur, la famille, les ancêtres, la langue (où va la nôtre?), la culture (la nôtre est une mosaïque où tout côtoie tout...

Qu'est-ce qui est triste? Peut-être la Terre et comment on la traite, ainsi que tous ses habitants, faune et flore confondus.

Zed xoxox

Accent Grave a dit…

Je crois que cette affaire est plus spectaculaire qu'autre chose.

J'en ai vu des campements en France, rien de réjouissant: vols, déchets traînant partout alors qu'ils auraient pu être disposés correctement, facilement. Il y a aussi un manque de respect flagrant envers le voisinage.

Tout pays qui se respecte, doit mettre de côté la sensiblerie tout en faisant usage de sensibilité. Des lois furent adoptées pour qu'une cohérence sociale existe.

Si les ROMS veulent vivre d'une façon infépendante, c'est leur affaire mais le pays hôte a l'obligation de prendre des mesures en fonction de la société existante.

J'émets mon opinion sans tout savoir sur ces gens. Je suis peut-être dans l'erreur mais par le biais d'amis, c'est ce que j'en sais.

Tous les gens n'agissent pas de la même façon, parmi eux, il y avait certainement des gens bien intentionnés. C'est peut-être ça le malheur.

Accent Grave

micheline a dit…

Air fou,pour ne s'en tenir qu'aux gens du voyage et sans parler des réfugiés politiques ou humanitaires,qui est une autre question, c'est un sujet complexe en effet que ces roms qui sont europeens sans être d'aucune nation ni domicile fixe; un mode de vie nommade qui s'oppose à la sédentarisation depuis longtemps.
"Toute l'histoire des relations entre nomades et sédentaires est une histoire violente, en Europe comme ailleurs, et le XXe siècle finissant n'échappe pas à la règle. La France, bien loin d'assouplir et d'adapter la réglementation qui régit l'existence des nomades – qu'ils soient Roms, Tsiganes, Gitans, étrangers ou français – tend à renforcer l'aspect répressif de cette réglementation et, malgré tous les rapports rédigés sur la question durant les dernières décennies, à exacerber les contraintes qui pèsent sur la vie des itinérants." ( extrait: http://www.gisti.org/doc/plein-droit/46/voyage.html

Plein Droit n° 46, septembre 2000
« D'autres frontières »

Les gens du voyage
en mobilité surveillée
Violaine Carrère, ethnologue
et Christophe Daadouch, juriste

Entre le désir de l'État de les voir s'installer et celui des élus locaux et d'une grande partie de la population de les voir circuler, les gens du voyage sont dans une situation paradoxale : il leur est imposé de se sédentariser sans que personne ne souhaite qu'ils puissent le faire.


Accent Grave,
je ne crois pas qu'il s'agisse ici de sensiblerie. Ce que tu rapportes sur les désagréments de voisinage, des méfaits de ces "voleurs de poules" sont en effet en partie justifiés mais presque inévitables comme autant de conséquences d'une législation inadaptée voire contradictoire en regard de leur existence d'êtres humains à ne pas bafouer et rejeter sytématiquement.

Air fou a dit…

Mimi, je suis intéressée à connaitre ta manière de voir la situation et comment les lois pourraient être améliorées, dans quel sens, sans nuire pour autant à l'ensemble de la société et sans se mettre à inclure n'importe qui.

Je me dis que si on ne veut pas s'installer quelque part, il y a comme dans chaque choix de vie des responsabilités et des devoirs qui viennent avec ce choix, non? Si on ne veut pas payer d'impôts, participer financièrement aux services de la société, est-ce moralement acceptable d'en profiter du même coup?

Comment envisages-tu l'adaptation d'une société à de tels choix individuels et si ce ne sont pas des choix, ne faut-il pas un encadrement quelconque comme pour les participants actifs?

J'aimerais bien entendre ton point de vue, si tu en as envie.

Aussi, je ne fais pas tant de différence entre immigration instable et voyageurs nomades. Ici, les gens qui immigrent, souvent pour rester, croit-ils au départ, retournent dans leur pays d'origine ou v0nt ailleurs deux ou trois ans plus tard, après avoir bénéficié d'une foule de services avec possibilité de ne jamais retourner la pareille. C'est hélas une sorte de territoire de plus en plus fourre-tout où on vient pour avoir les bénéfices et vivre comme on le veut, selon ses propres choix de valeurs, peu importe si elles vont à l'encontre des lois, surtout si on peut brandir le mot religion ou faute de mieux, discrimination.

N'y a-t-il pas un certain rapport à faire? Qu'en penses-tu?

Pour le moment, je suis assez d'accord avec d'Accent. Je me demande si ce point de vue ne pourrait pas être influencé par ce que nous vivons ici.

xoxox Zed

Anonyme a dit…

Je te remercie pour tes messages réguliers qui me font extrêmement plaisir extrêmement plaisir c'est pour cette raison que je ne peux pas aller dormir sans te faire un petit coucou.
Je suis très fatigués et tout s'accumule!
Tout ce qui arrive était prévisible, personne ne l'a vu arriver, d'accord c'est complexe mais il y a beaucoup de problèmes épineux et ... pourtant ....
Je te souhaite une bonne nuit
Un bisou amical
Viviane
Une Viviane anonyme aujourd'hui!