3.3.11

PREMIER SOURIRE DU PRINTEMPS

PREMIER SOURIRE DU PRINTEMPS

Théophile Gautier

Tandis qu'à leurs oeuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.

Pour les petites pâquerettes,
Sournoisement lorsque tout dort,
Il repasse des collerettes
Et cisèle des boutons d'or.

Dans le verger et dans la vigne,
Il s'en va, furtif perruquier,
Avec une houppe de cygne,
Poudrer à frimas l'amandier.


                                     et ne laisse que la trace blanche d'un avion dans le ciel bleu


 poudrant  aussi mon abricotier
                                                       

qui ouvre ses corolles


                                                              tandis que s'étonne petite poule


                                                    qui n'oublie pas de se sustenter


et voici les premières jonquilles


qui tremblent un peu au vent léger

5 commentaires:

brigetoun a dit…

mon sud est jaloux

tanette2 a dit…

J'aime tes fleurs, les poules et les vers de Théophile Gautier.

Air fou a dit…

Comme tout va vite.

Comme la vie va vite.

Et comme il y a de la beauté, aussi, dedans.

Coucou, Dame Cocotte et coucou les corolles, coucou les jonquilles, coucou le vent léger et la poudre de perlimpinpin du printemps.

Et coucou Mimi printanière.

Zed xxx

Solange a dit…

La poésie est belle et le printemps aussi.

africantal a dit…

c'est pas vrai!!! t'as pas pris des photos de l'an dernier au moins!!!
Bé dis donc!!! T'en as de la chance.

Ca me fait penser à la chanson de Dutronc. le jardin près du métropolitain.

merci pour la fraîcheur de ce billet.

je t'embrasse.