27.5.10

Ces jours qui se suivent

Lundi soir quelques boutons de pivoine

comme celui-ci
Mardi matin,complètement épanouis :une splendeur

et les grandes marguerites à l'aise dans un petit coin
deux tartes à la rhubarbe

une pour partager avec petits voisins,l'autre pour les intimes



et ce matin
me faut chasser le souvenir d'un très affreux cauchemar.. me suis-je punie d'être trop privilégiée?

4 commentaires:

brigetoun a dit…

la piscine rime avec la tarte (petits rectangles)

Air fou a dit…

Des tulipes,encore? Wow... Ce matin un superbe cadeau dans le jardin arrière. Un immense pavot rose foncé et deux plus petits orange presque écarlate.

Les cauchemars, c'est pas de la tarte. Et pourtant, c'est un peu comme un gros coup d'aspirateur qui crache nos peurs, le négatif de la journée, celles et ceux qu'on n'a oublié de ressentir ou pour lesquels on ne s'est pas autorisé consciemment d'éprouver des émotions. Le genre de truc qui guette un petit malaise d'estomac ou la café renversé à demi sur la nappe pour s'y greffer et faire du nettoyage.

Quel gentillesse ton geste de partage et quel mignon voisin!

Gros câlin pour te consoler, Mimi.

Zed xxx...

micheline a dit…

Air fou
non pas des tulipes, des pivoines! aussi éphémères que ton pavot, crois-je savoir!mais sans la sève salvatrice que les adic des drogues douces consomment??.
les cauchemars? j'aime assez ton interprétation : le cauchemar:
le contraire d'une somatisation en somme : un petit truc physiologique qui s'autorise à projeter en images hallucinatoires ce qui ne va pas au pays de l’inconscient afin de le bouter hors??

et j'aurais bien à dire sur le partage...dans notre coin de banlieue..pas si gangrenée que ça!

Air fou a dit…

Bien oui... pivoine. Faudra que j'aille voir les miennes, à distance raisonnable de la maison car elles, ce sont la drogue des fourmis!

À ma voisine gentille, avec qui je parle assez souvent politique et vie, j'apporte parfois des biscuits, des gâteaux bio que je fais, dans le Temps des Fêtes; je cuisine très rarement) et je lui donne à elle et sa sœur, des raisins et des tomates de mon jardin. Quand il en pousse, contrairement à l'an dernier, troisième été de pluie pratiquement tous les jours.

C'est chouette de gentils voisins. Ici, on n'ose pas se présenter et les voisins vont et viennent, aussi. Enfin... tu sais.