8.1.10

L'HIVER

ne vous fiez pas à ce petit coin de ciel clair
je reviens de mon petit tour quotidien,l'onglée aux pieds
pour n'avoir pas pris le temps d'enfiler mes bottes fourrées
ça pince fort dehors,une bise glaciale en rajoute aux quelques degrés du thermomètre


juste le temps de me scandaliser de ce surplus d'abondance
abandonné là à deux pas de la ville:du pain qu'on croirait sorti tout droit d'une boulangerie




Un peu plus loin, j'aperçois par la porte ouverte de  cet abri précaire
une petite flamme brûlant à l'intérieur
 des gens sont là  : gênée je risque un clic de mon apn
un homme paraît, disparait, une femme, une fillette emmitouflée
je fais un signe amical de la main qui m'est aussitôt rendu

  
je m'éloigne songeuse ; est-ce là qu'ils viendont, la nuit venue ramasser un peu de ce pain  ?

8 commentaires:

brigetoun a dit…

l'horreur, et le sourire - les héros

Solange a dit…

C'est terrible de vivre comme ça!

Viviane a dit…

Quelle tristesse ce déséquilibre!
Passe une bonne soirée.
Un bisou
Viviane

Air fou a dit…

Une très heureuse année 2010 à toi, fiston et Fanny, Micheline.

Il est si tentant d'oublier de relativiser nos problèmes... Voilà que tu nous le rappelles de manière concrète et sensible.

Et eux, ont du pain à proximité...

J'adore ta citation de Lévi-Strauss et tes chats sont vraiment jolis.

Zed ¦)

Gelzy a dit…

avec retard mais de tout coeur Bon anniversaire de mariage Micheline, Bonne année ! heureuse de retrouver ta vivacité d'esprit, ta gravité et ton humour en ce lieu à ta ressemblance

Pralinette a dit…

Non mais qui a osé jeter tout ce pain ?? au lieu de le donner à des nécessiteux. Cela devrait être passible d'amende.
Quant à la précarité... mille fois hélas elle n'est pas près de diminuer, bien au contraire, on la fabrique à tour de bras en ce moment. Pour maintenant et pour plus tard, j'ai des exemples très précis dans mon entourage. Je t'embrasse Micheline, bonjour à Pierre, soyez prudents avec ces routes encombrées.

Cleo a dit…

Quelle honte!

Anonyme a dit…

Terribles images.
Je pense que vous aves voulu montrer à vos lecteurs par le choc des images ce qui se constate maheureusement de plus en plus de nos jours. Vous dîtes avoir été génée quand vous avez pris cette photo, moi j'imagine aussi la gène de cette famille qui n'aura peut être pas bien compris que l'on puisse photographier leur misère. Votre blog montre une dame sensée et respectueuse, je suis bien sûre que plutot que vous demander si ces personnes vont aller se nourrir du pain jeté, vous irez lors de votre prochaine promenade leur apporter un panier de nourriture propre. Je n'ai pas de compte google mais je ne suis pas anonyme : Débla , http://lune-nomade.over-blog.com