5.6.10

Le temps des cerises par Yves Montand

Cette chanson est si fortement associée à la Commune de Paris que, dans les esprits, elle fut écrite pour elle. Pourtant elle fut écrite sous Napoléon III avant même la guerre de 1870 (dont l'humiliation de la défaite française devait produire, en 1871, l’occasion favorable au déclenchement de la Commune). Un fait notoire est qu'elle fut dédicacée (mais après coup) par son auteur, Baptiste Clément, à une infirmière morte lors de la Semaine sanglante.


Les cerises évoquent différentes choses. D'une part, elles rappellent, par leur couleur, le sang et le drapeau rouge, liés entre autres à la Commune, ce qui fait que la chanson demeure associée à l'idée de liberté, de solidarité, et de résistance face à l'oppression. D'autre part, les cerises renvoient au sucre et à l'été, et donc à un contexte joyeux voire festif. Ainsi la chanson véhicule une certaine nostalgie et une certaine idée de gaieté populaire.

la vidéo ci-dessous illustre le sens premier de ce chant révolutionnaire



Couplet ajouté pendant la guerre de 1871


Quand il reviendra le temps des cerises
Pendores idiots magistrats moqueurs
Seront tous en fête.
Les bourgeois auront la folie en tête
A l'ombre seront poètes chanteurs.
Mais quand reviendra le temps des cerises
Siffleront bien haut chassepots vengeurs

2 commentaires:

Air fou a dit…

Quelles infos intéressantes, pour moi, Québécoise... Et qui les adore, bien presque noires.

Bon réveil, Mimi, moi je vais dormir, maintenant.

xox Zed ¦D

brigetoun a dit…

très très joli billet Micheline - bravo