27.4.09

Rêve

Encore un petit coin de bonheur cette nuit

Je trouve que je suis gâtée,
Même s’il n’en reste qu’une fumée
Si ténue et difficile à raconter,
En quelques phrases mirliton à fourrer
Dans mon panier aux champignons
Mais tellement insistante
Sur l’importance négligée d’une journée ...
.

« J’arrivais pour la rentrée dans une classe
Très encombrée d’élèves en ébullition
Alors je leur ai fait la leçon sans livres et sans cahier,
J’ai établi la conversation.
Vous dire les mots c’est impossible mais au bout d’un bon moment j’ai demandé l’heure comme je faisais souvent, refusant inconsciemment de mesurer le temps par une montre à mon poignet.
Le calme s’était fait sur un accord secret , je sentais qu’il fallait conclure.
La toute petite dans les rangs que j’avais tout à l’heure interpelée l’appelant par son nom - celui d’une grande sœur aînée connue en autre temps : « on ne mange pas pendant les cours », souriait… .
Restait à se projeter le futur : la prochaine fois ce serait grammaire :
En une dizaine de lignes essayez d’écrire un petit texte où vous introduirez le plus beau mot de la langue française : le verbe aimer au conditionnel, à la forme affirmative puis un second à la forme négative »


Voilà comme il me revient dans mon sommeil des petits brins de souvenirs d’antan

Ravivés, pour en faire un rêve, par la petite que son papa avait , avant-hier, assez longtemps embarquée dans des calculs de poids de champignons à partager : une part pour chacun des deux hommes , une demi part pour mamy qui ne veut plus grossir, une demi part pour Fanny parce qu’elle est une petite fille., étant donné qu’en cuisant le « plus que kg du départ » s’était peu à peu vu diminué du poids de la tare, du poids des épluchures , et que la moitié du reste s’était évaporé en cuisant.. etc… etc… si bien qu’à la fin Fanny de conclure :- je ne veux pas aller à l’école demain… ?? -papa te ferait l’école ? ,…-.
-oui mon petit bonheur..
en écho à- pour la première fois- : mamy on voit bien qu’elle a été maîtresse

Mais il fallut rentrer à la maison, rapatrier nos deux poules…et tout le saint frusquin..
sur le siège arrière:une des poules passe sa tête hors du carton que fanny surveille


Et c’est ainsi que dimanche matin, petite pluie passant son chemin
....on regagna notre banlieue
Mis lilas, pivoines, menthe poivrée, en bonne et due place
Ainsi que petits scions portant greffes de pommiers à donner.
Retrouvé mon vrai PC..
Et tout ce qu’il me reste à répondre..à quelques curiosités ou à rectifier quelqu’erreur signalée
Mais ce sera tout pour aujourd’hui…il me faut conclure par le plus beau mot de la langue française..j'aimerais bien continuer à vous lire longtemps.




9 commentaires:

Petite Boussole a dit…

Un grand bonjour à mamy Micheline
Merci pour ce beau texte où tout se mêle, les souvenirs, le rêve, le présent bien concret et ce bonheur très doux d'être entourée par ceux qu'on aime.
J'ai beaucoup ri en voyant la photographie de la poule curieuse sortant la tête de son carton et je me suis dit "cette voiture, c'est presque l'Arche de Noé !"
Bonne semaine Micheline.
Je t'embrasse.

brigetoun a dit…

belle la poule - beau le rêve - ben oui tu as de la chance (nous avons)

jean-claude a dit…

Cette nuit, ce jour, un regard intimiste. Comme si on y était. Mais quand à faire, le cours sans livre, la poule qui voulait être de la fête en sortant du sac, quel était vraiment le rêve. Y-a-t-il vraiment séparation des unités de temps? Où est-ce un tout dans lequel on navigue plutôt maladroitement? Ce document/documentaire de vous à nous est une "ex-pression" cadeau au monde. Nous sommes à l'écoute.

PS: Il reste quand même une certaine cruauté de montrer une platée de champignons SI appétissant pour nous qui sommes au régime [Empire? Vous empirez, dites-vous?]!

Pralinette a dit…

Retour d'un beau week-end où l'on sent que le bonheur fut bien présent, cela fait du bien de te lire ainsi Micheline !
Même la poule a passé un bon week-end à voir ses belles couleurs ! Je t'embrasse.

Cleo a dit…

C'est tout simplement beau avec un côté si triste. Enfin pour moi, grande nostalgique devant l'Eternel!
Bisous

jean-claude a dit…

Etonnant! Je viens de retrouver quelqu'un que je n'avais pas vu depuis 25 ans...
Voir: 6 milliards d'autres - Incorporer dans la Recherche: français femme moussia israël pleurer

Solange a dit…

On sent que vous avez passer une belle fin de semaine, ça se communique. La photo de la poule m'a bien fait rire.

micheline a dit…

oui ce furent quelques jours assez privilégiés ...moi qui suis, comme dit Cleo, plutôt frileuse devant, non l'Eternel, mais devant le bonheur ou tout simplement le bien être:
le temps..un coin de vraie nature..quelques êtres aimés..détendus aussi..quelques moments souvenirs dont j'ai fait petites provisions...pour les jours sans.

Viviane a dit…

Des petits moments de bonheur à garder dans un petit coin de son cœur pour les jours où il pleut (où il pleure)
Bonne journée
Bisous
Viviane