5.5.09

PARADOXES ET UTOPIES

La fête du travail ?…ou la fête des travailleurs ?

Ce travail si beau, si sacré, ça devrait se fêter en travaillant n’est-ce pas ?
Eh bien non ! On chôme.

Ce qui me laisse à penser qu’il y a là comme un hic

La fête du cochon c’est quand on le tue n'est-ce pas?
Et si la fête du travail c’était comme la fête du cochon
Si on lui faisait sa fête au travail ?
Ce n’est pas toujours le travail qu’on aime
C’est le salaire ,un peu salé comme la chair du cochon
Alors si on tuait le travail, le sale travail naturellement, celui qui laisse du caca dans nos maisons
Comme le cochon dans nos étables..
Le cochon pourrait aller dans la prairie
Et le vrai, le beau le noble travail se promènerait dans la vie..
Sans plus dépendre du salaire.

Plus d’ êtres humains qui crèvent dans les mouroirs, qui se pendent dans les prisons, se shootent au désespoir

Mais font de la dentelle ou du tricot, un œuvre d‘art ou une machine pour faire avancer le bonheur.

Et déjà se profile une autre fête…c’est fou ce que c’est bien ce mois de Mai..
On va fêter la Libération, une bien belle fête celle là, pour lui faire sa fête à la guerre.
On les avait bien reconduits hors de nos frontières et même un peu plus loin nos envahisseurs, ceux qui sont devenus nos amis. C’était en 1945 Donc fête de la libération. Fin de la guerre donc.

Mais là aussi il y a comme un hic !! la guerre c’est comme l’hydre de Lerne, plus on lui coupe de têtes et plus il en repousse un peu plus loin.

Et puis voilà si on arrête de faire la guerre et toutes ces choses inutiles et nuisibles, ça va en faire des chômeurs !!!

Non, des êtres humains qui ne crèvent plus dans les mouroirs, ne se pendent plus dans les prisons, ne se shootent plus au désespoir mais font de la dentelle ou du tricot, une œuvre d‘art , une machine pour faire avancer le bonheur. Et non pour gagner des sous.


On a bien séparé l'Eglise et l'Etat (enfin presque!!)

Séparons le Travail des Salaires.


C'était le 1er Mai: du travail sans salaire

Entretenir son jardin et l'offrir aux passants


Des grilles qui accueillent et qui nenferment pas



Nourrir son petit chat , et sourire aux voisins



Leur ouvrir un chemin


Et même refaire sa façade avec de jeunes mains

4 commentaires:

brigetoun a dit…

vive les utopies (sauf celles mises en système qui font parfois froid dans le dos)- vive les utopies pour servir de but

jean-claude a dit…

Si l'homme est toujours sous le joug de l'argent à gagner avons nous célébré la Libération un peu trop tôt?

Solange a dit…

Ici en mai on ne fête que la fête des mères dimanche prochain. La fête du travail c'est le premier lundi de septembre. J'aime beaucoup les photos et les commentaires qui les accompagnent.

Viviane a dit…

Il y a fête et... fête!
Bonne fin de journée!
Bisous
Viviane