24.3.10

PETIT DERIVATIF


Tandis que j’allais, hier, le front baissé, préoccupée
Songeant à ces choses inopinées
Qui menaient mes pas vers un improbable remède
Je vis tout près de moi au revers de la route
Deux gars
L’un farfouillant avec humeur sous le capot
d’une voiture..
Tourne vis en érection et voix vociférante
L’autre pas vraiment l’air catholique non plus
La voiture ?
Pas vraiment un petit amour de citadine non plus

« Eh les gars !! faut pas s’énerver comme ça !!
Regardez le beau soleil qu’il fait »
………………………….

J’allais sur mon chemin de retour toujours plongée dans mes pensées
Quand au ras du trottoir me frôle une voiture
Par la vitre baissée un joyeux luron me hèle :

« hé madame !! ça y est ! elle a démarré la voiture !! »

Et moi de sourire

Petits voyous auriez -vous donc besoin
qu’on fasse un peu attention à vous ?

3 commentaires:

brigetoun a dit…

sans aucun doute - quitte à se faire rabrouer s'ils sont bien enfoncés dans leurs préoccupations, ce qui nous arrive

Air fou a dit…

J'adore...

Zed ¦)

Solange a dit…

Peut-être était-ce leur manière de saluer le printemps.