30.3.09

LES MOTS

Le français est bien une langue vivante

Je ne parle pas de sa haute faculté d’intégrer le babillage étranger : courtoisie oblige, nécessité parfois et intérêt bien entendu.
Je parle seulement de sa faculté à se régénérer lui- même de l’intérieur …de faire bourgeonner ses racines …
Après les pensées positives, positive comme le pôle positif du courant qui comme vous savez a bien besoin d’un pôle négatif pour nous éclairer, non je parle positivement et tout s’éclaire !! la pensée positive c’est le miracle créateur.
J’ai quand même trouvé dans le dictionnaire : homme positif : "qui considère en tout l’utilité, le côté matériel des choses" et chez A Comte : "état de la connaissance où on ne cherche plus le pourquoi des choses mais le comment des choses".
Par ex comment ça marche le capitalisme, comment faire pour qu’il continue à mieux marcher ??
Et non pourquoi il est né, pourquoi il survit, pourquoi vient-il d’enflammer la planète ?

Mais quand le bâtiment va tout va
On construit, mais on déconstruit aussi, forcément, pour pouvoir reconstruire. Et vous savez quoi ? Non seulement des bâtiments des édifices, des fortifications, des ponts…des maisons mais des personnes !!

Entendu ce matin, qu’il fallait construire l’enfant..
Je savais bien déjà qu’on pouvait l’aider à se construire, que la méditation, l’hypnose, la psychothérapie, la psy analyse, toutes ces choses savantes de la pensée permettaient d’aider quelqu’un à se construire,ou à se reconstruire
Mais un enfant ?, il faut le construire, ( un lapsus ? à la radio ce matin qui m’a fait bondir ?) Construire comme une maison en somme, ou un pont , d’après un plan bien établi ? oui c’est ça et c’est bien autre chose que de le protéger, l’aimer, l’éduquer l'enfant …lui ouvrir l'esprit.
Construisons nos enfants pour la société qui les attend, les petits boulots s’il en reste..le respect des riches qui leur donnent à manger…l’esclavage moderne.

« effectivement » comme qui dirait « en fait »: soyons positifs.

Ecoutons le bruit des mots qui naissent, ils indiquent parfois d’où vient le vent…

3 commentaires:

brigetoun a dit…

le français est en effet vivant, avec une bonne face qui est le plaisir de créer, un revers nostalgique qui est la mort lente de mots de métiers ou de régions, et une maladie, un cancer, le détournement des mots (comme positif, valeur, développement) etc... par nos "élites" (encore un détournement) - la novlangue qui trimbale avec elle une idéologie empoisonnée (en gros le néo libéralisme)

micheline a dit…

brigetoun, merci d'avoir dirigé un clair projecteur sur ma nébulleuse

castor a dit…

En effet, on construit un enfant après l'avoir programmé, comme un achat, un crédit, une maison....
De sujet, on devient objet !
L'objet de qui ?
Bien à vous